Orientation : faire ce que l'on aime ou aimer ce que l'on fait

Publié le 11/09/2017
Catégorie : Etudes

En France, il est bien connu que le système d'orientation des étudiants laisse à désirer. Dans un monde où il est de plus en plus difficile de trouver sa voie, on en vient bien souvent à se demander s'il vaut mieux batailler toute sa vie pour travailler dans un domaine qui nous plaît ou s'il vaut mieux se laisser porter par ses expériences, se faire une raison et tout simplement aimer ce que l'on fait.

Faire ce que l'on aime, un réel défi

Posez la question tout autour de vous. Combien sont les personnes qui travaillent vraiment dans le domaine qu'elles s'étaient imposées au début de leurs études ? Très peu, c'est une réalité. Prenons l'exemple des métiers de l'information et de la communication, qui ont vécu un puissant boom depuis la dernière décennie. Connaissez-vous beaucoup de designer de produits, par exemple, qui ont su trouver un travail dans leur domaine très spécifique ?

A moins de se retrouver au bon moment et au bon endroit et de trouver une petite entreprise en lancement afin de se faire une expérience, aucune grande entreprise qui lancerait un nouveau produit n'embaucherait un jeune travailleur sorti d'étude sans ou avec très peu d'expérience.

Se faire une raison et aimer ce que l'on fait

En revanche, vu les lacunes du système d'orientation français, beaucoup sont les étudiants qui se lancent dans une filière sans forcément avoir en tête un métier précis pour leur futur. Ils se laissent ainsi guider par les opportunités et même s'ils commencent en bas de l'échelle, ils se retrouvent bien souvent dans des milieux ou la sécurité de l'emploi est bien meilleure.

Chercher du travail où il y en a

Lors de la recherche d'emploi, on peut alors se demander s'il vaut mieux chercher dans son domaine, au risque de batailler un bon moment dans la précarité, ou bien s'il ne vaut pas mieux se tourner là où il y a du travail, tout simplement.

Par exemple, pensez vous que tous les candidats à une formation de sûreté aéroportuaire rêvent vraiment d'une carrière dans ce domaine ? Non, pas forcément. Mais au moins, une telle formation leur assure une sécurité d'emploi incomparable étant donné le développement exponentiel de ce milieu.

Faire ce que l'on aime, c'est gratifiant, certes, mais vu la difficulté d'un tel challenge, il est bien plus raisonnable pour les étudiants de nos jours de s'assurer un futur et de se diriger vers les nombreux domaines qui leur garantiront un travail et une stabilité financière nécessaire à vivre une vie paisible et sans stress.